Des moments à attraper

Ce soir, j’ai vécu plein de moments de bonheur différents, chacun à son niveau.

J’ai bu des cocktails avec mes colocs de la maison 108 (en fait, ce sont 2 maisons mais c’est mes « colocs » quand même) (*) et on était (presque) tous assis, peinard, en train de discuter les uns avec les autres, de rigoler, de prendre des photos et c’était drôlement chouette. À un moment, je regardais tout le monde et j’ai capté ce moment de bonheur qui me faisait sourire : voir tout le monde de bonne humeur et en interraction. C’était beau. Dans un mois, le fait de se voir régulièrement sera du passé.

Danser (presque) jusqu’à ce que la boîte de nuit ferme (on est en Angleterre donc elle a fermé à 3h). Ne plus penser aux gens autour de soi et se défouler 🙂 (sauf quand on sent des présences bizarres près de soi…)

Voir deux personnes s’embrasser et sentir qu’elles sont seules au monde à cet instant-là. C’est beau aussi.

Voir de l’amitié et parfois de l’amour dans le regard des gens avec qui j’ai passé cette soirée fort sympathique.

Et sourire, même si mes pieds me font mal 🙂

Le bonheur est éphémère mais le souvenir se garde longtemps.
A

(*)  Je conseille le bar « The Front » près d’Oxford Road à Manchester, on peut y déguster des cocktails alcolisés et non-alcolisés à partir de £2 mais l’entrée n’est autorisée qu’à partir de 18 ans avec contrôle à l’entrée. Dans la même rue, il y a plein de peintures et de tags qui sont très beau. Je vous mettrai peut-être des photos pour que vous compreniez ce que je veux dire. ça vaut le détour en totu cas !

Saint Patrick in Dublin – Teaser

Dia duit*,

Bon alors, j’ai beau apprendre (c’est un grand mot) de l’espagnol et rêver de cake au chocolat, pour la Saint Patrick, je vais à Dublin !!! (ça, c’est si je ne loupe pas mon avion à l’aller et qu’il n’y a pas de soucis avec Ryan Air.)

J’essayerai de vous faire un récit avec des photos 🙂 (si je n’oublie pas de charger ma batterie… hum)

Have a nice Saint Patrick’s day 🙂
A

*Dia duit veut dire « Bonjour » en Irlandais (selon Google Translate)

Un set de table magique qui change les moments ordinaires

Bonjour, bonjour,

j’espère que vous passez un bon dimanche. Pas grand chose de mon coté à part l’histoire d’un set de table magique !

Il était une fois, une jeune fille qui se vit offrir par sa tante de jolis sets de table verts (comme ma petite bouteille isotherme et ma théière!) pour son anniversaire. Ses sets de table en tissus étaient les mêmes qu’elle avait chez elle sauf que les couleurs étaient différentes.

Cette jeune fille était en Erasmus pour une année et elle ne les avait pas emmenés au pays des bretons qui roulent du mauvais coté puisque valise trop chargé et comprenez-vous, il fallait bien qu’elle ramène tout ce qu’elle avait emmené sans que sa valise soit en surpoids !

Tout d’un coup, un vendredi venteux en février alors qu’elle faisait ses courses (obligatoires puisque frigo vide et rien à manger à part des pâtes), elle vit un joli set de table rouge.

Joli set de table et petit prix, elle en mis deux dans son sac de courses. Le dimanche qui suivit, elle découvrit le pouvoir magique de son set de table rouge. Elle se fit un brunch comme d’habitude mais tout était plus beau et elle avait envie de profiter de ce moment sans se presser en regardant les écureuils par la fenêtre et en écoutant les canards. (Véridique)

 Voici une image de mon Sunday Brunch…

 …et de mon goûter !

Un petit thé Earl Grey le matin et une infusion aux fruits rouges l’après-midi !

Bonne soirée et bonne semaine !

A

Info: Set de table rouge trouvé chez Wilkinson, UK à £1 l’unité. On trouve le même genre chez Ikea.

Downton Abbey

Vous avez peut-être déjà entendu parler de « Downton Abbey » cette série qui fait fureur outre-Manche en ce moment mais je vais vous en parler ici.

Downton Abbey est une série dont la première saison commence en avril 1912 et se termine avec l’annonce de l’entrée en guerre du Royaume-Uni contre l’Allemagne (ce qui sera peu de temps après la Première Guerre Mondiale). Elle a lieu en Angleterre et parle d’une famille : les Crawley. La fille aînée, Lady Mary devait épouser un de ses cousins qui est malheureusement décédé dans le naufrage du Titanic. La première saison a donc pour sujet comment la famille va essayer de lui trouver un mari.

Je trouve que cette série est très bien faite et ça me change un peu des séries américaines. On peut voir comment les choses se faisaient au début du siècle dernier lorsque l’électricité commençait à s’étendre et qu’il n’y avait presque pas le téléphone. On peut voir aussi comment vivait une famille aristocrate (fictive) anglaise et leurs relations avec leurs domestiques. Je trouve tout cela très intéressant. Les intrigues sont bien écrites et l’on s’attache beaucoup à tous les personnages (ou presque).

J’aime beaucoup les personnages secondaires de Lady Sybill et Mr Bates. Leur gentillesse est admirable, je trouve. J’ai également l’impression que les yeux de Mr Bates sont tout le temps en train de sourire.

J’espère que cette série sera bientôt diffusée en France parce qu’elle le mérite largement.

Bonne découverte.

A

P.S.:  Pour les fans d’Harry Potter, Maggie Smith (qui joue Professeur MacGonagal) joue la grand-mère paternelle. 🙂

Sherlock

Vous savez tous qui est Sherlock Holmes, célèbre personnage de Sir Arthur Conan Doyle. Ses aventures ont été adaptées de nombreuses fois en film, téléfilms et en série.

Profitant de mon séjour en Angleterre, j’essaye de découvrir des choses comme des livres, des films ou dans ce cas précis, la série Sherlock de la BBC.

Au départ, je pensais que c’était une série que j’avais vu il y a quelques années et c’est juste en recevant mon colis que j’ai vu que ce n’était pas le cas. Quoi qu’il en soit, je n’ai pas été déçue. Dans chaque saison, il y a 3 épisodes d’une heure et demie environ. Elles sont adaptés des nouvelles et des romans de Sir Arthur Conan Doyle et prennent place dans le Londres d’aujourd’hui. J’ai pu revoir quelques endroits où j’ai été en décembre.

La série est bien faite et elle me donne envie de relire tous les livres (qui doivent être dans des cartons quelque part en France… mais lesquels ?). Ma première pensée était « Oh non, ça va être étrange ! » mais le personnage de Sherlock s’adapte bien à cet environnement contemporain. Il utilise les moyens techniques d’aujourd’hui mais sans laisser de coté son talent d’observateur.

En résumé, je ne pourrai que vous conseiller cette série et j’espère qu’il y aura une VF un jour pour tous les non-anglophones. 🙂

Bon visionage !

A

PS : Vous pouvez faire un tour sur le blog de Dr. John Watson qu’il a dans la série.

Mon reblochon et moi (Party inside)

(Article du 29 janvier 2012 aux alentours de 3h du matin)

Pardonnez moi ma longue absence mais bon, il n’y avait pas grand chose à raconter sur ce blog. (J’avais juste deux idées d’articles que je n’ai plus sous la main et que je posterai donc une autre fois.)

 Colocation et Erasmus

Tout ça pour dire que je suis de retour « Home Sweet Home » dans le territoire hostile au fromage et au pain. Mon reblochon et moi sommes arrivés à bon port hier et pendant que lui s’est fait un chez-lui dans mon frigo, j’ai eu droit à une « Party in House 42 » ce soir. Au départ, personne mais finalement, on a retrouvé la chaleur de tout ce monde entassé dans la pièce commune et dans la cuisine, la musique qui est bonne (bonne, bonne, bonne ! [merci JJG] ou un peu moins bonne) et forte, les rencontres « What’s your name? » / « Where are you from? » (parfois dans cet ordre parfois dans l’ordre inverse) et les « Je suis fatiguée mais mine de rien, j’aime bien la discussion auquelle je suis en train de participer ».

J’ai rencontré des français, allemande, polonaise, suédoise, finlandais, londoniens et j’ai retrouvé les maison-mates et les espagnols habituels.

J’ai appris comment fonctionnait les élections présidentielles et parlementaires en Finlande. (No kidding!)

J’ai parlé français, anglais, allemand, italien et espagnol en une soirée.

J’ai reconnu un finlandais à la manière dont il prononçait son nom.

J’ai entendu (mais malheureusement pas retenu) comment on disait « Je mange du riz » en Cambodgien.

J’ai un peu développé ma géographie.

J’ai rencontré mes nouveaux voisins.

On a dansé (et rit). On a chanté (faux ou par onomatopé). On a rigolé (beaucoup).

J’ai bu du cidre suédois que je ne retrouverai pas en France. (Kopparberg aux fruits mélangés ♥)

Je me suis dit que mes colocs étaient les meilleurs.

Je me suis dit qu’une année d’Erasmus , c’est quand même vachement top.

Parce que même si je me dis qu’à la maison en France, c’est vachement bien et qu’au moins là-bas il y a du vrai fromage et du vrai pain, le pays du thé, des théières et de l’élastique qui se prononce caoutchouc, c’est quand même vraiment cool de pouvoir y être.

PS : Je me suis rendue compte que je connaissais la chanson brézilienne du moment presque par coeur. Plus que le portugais à apprendre et comprendre 🙂

 

Le syndrome « Bryan »

Funny fact d’avant-hier.

Dans une soirée Erasmus, prenez un anglais et demandez lui « Where is Bryan? ». Il ne saura quoi vous répondre.

Demandez à un français ou une française qui passe par là « Where is Bryan? ». Sans réfléchir, il ou elle vous répondra que « Bryan is in the kitchen ».

Regard ébahi de l’anglais qui se demande ce qui est en train de se passer. 😉

Conclusion : Je n’avais pas réalisé à quel point « Bryan is in the kitchen » était passé dans le langage courant. Merci aux deux maison-mates pour cette expérience.

PS : This experience is even funnier in a… Kitchen!

A