Saint Patrick in Dublin – Teaser

Dia duit*,

Bon alors, j’ai beau apprendre (c’est un grand mot) de l’espagnol et rêver de cake au chocolat, pour la Saint Patrick, je vais à Dublin !!! (ça, c’est si je ne loupe pas mon avion à l’aller et qu’il n’y a pas de soucis avec Ryan Air.)

J’essayerai de vous faire un récit avec des photos 🙂 (si je n’oublie pas de charger ma batterie… hum)

Have a nice Saint Patrick’s day 🙂
A

*Dia duit veut dire « Bonjour » en Irlandais (selon Google Translate)

Réponse à « Je ne sais pas quoi mettre dans mon sac pour les JMJ »

Aujourd’hui je vois que la requête « Je ne sais pas quoi mettre dans mon sac pour les JMJ » sur Google a mené un internaute sur mon blog. Je ne pensais pas que j’écrivais autant sur les JMJ mais je vais lui répondre ce que je vais mettre dans mon sac à moi pour que ça lui donne des idées si jamais il ou elle se repose encore la question demain.

Tout d’abord, les basiques :

  • de quoi s’habiller : jean, short, pantacourt, T-shirt, chapeau etc (au vu des températures espagnoles, je pense qu’on pourra laisser les polaires à la maison 😉 )
  • de quoi se laver (mine de rien ça peut être utile aussi donc go go go le shampoing, gel douche et dentifrice dans la trousse de toilette !) et on n’oublie pas la serviette de toilette.
  • les papiers d’identités (c’est vrai ça peut toujours servir) donc on emmène la carte d’identité ou le passeport et aussi la carte européenne d’assurance maladie (pour connaître mes aventures à ce niveau là, cliquez ici)

Les basiques améliorés :

  • une gourde : il va faire chaud et il faut s’hydrater donc une gourde c’est pratique, ça se remplit facilement et on est sûr de ne presque jamais manquer d’eau.
  • les lunettes de soleil
  • chaussures de marche confortable (parce qu’on ne va pas rester statique) et des sandales ou tongs pour les douches et les temps libres
  • des pansements pour les ampoules ou autres petits bobos
  • une lampe de poche
  • un sac de couchage et son tapis de sol, éventuellement un pyjama
  • des jeux de sociétés facilement transportables (un jungle speed ou un jeu de cartes ne prend pas tant de place et permet de mettre de l’ambiance partout)

Et maintenant, ce qu’il faut absolument emporter et ne pas oublier :

  • de la bonne humeur : on est là pour s’éclater et non pas pour tirer une tête de 3 km de long
  • de l’ouverture : on va rencontrer plein de gens géniaux et certains pourront aussi devenir des amis donc on les accueille comme il se doit
  • de la voix : pour chanter, chanter jusqu’au bout des JMJ
  • de l’auto-dérision : c’est vrai que le ridicule ne tue pas alors chantez, dansez même si vous ne savez pas chanter juste ou que vous n’êtes qu’un piètre danseur, vous vous trouverez peut-être des talents cachés donc on se lance !
  • de la curiosité : posez-vous des questions sur ce qu’il se passe, sur ce que les autres font ou aimeraient vous faire découvrir

Et maintenant, les petits trucs que je vais copier du point matériel pour les JMJ du MSJ :

  • une petite radio FM et ses écouteurs pour la diffusion des traductions lors du rassemblement final
  • un sac à dos parce que c’est plus transportable qu’une valise
  • de la crème solaire (j’avais déjà dit qu’il y avait du soleil en Espagne ?) et un foulard pour se protéger le cou
  • un sac à linge sale en tissu pour éviter les risques de fermentation
  • de la lessive pour éventuellement laver son linge à la main
  • une tenue correcte pour les églises
  • un maillot de bain pour les douches communes

 

Voilà, c’est juste un petit éventail des choses qu’il faut emmener et auxquelles je viens de penser. Si jamais, il me revient quelque chose d’important en tête, je referai sûrement un Edit.
J’espère que toi, l’internaute qui a effectué cette recherche dans Google, trouveras un peu d’aide pour faire ton sac.

A

PS : Voici ce que les organisateurs des JMJ prévoient dans le sac qu’ils vont nous offrir à tous.

Enjoy !

Le train et moi : Une relation d’amûûûr !

Aujourd’hui pour la (j’ai oublié de compter…) fois, je me suis rendue sur le site de cette compagnie ferroviaire française que nous connaissons tous et ceci, dans le but de trouver des horaires de trains (convenables) à des prix (convenables). C’est à ce moment là, que je me suis rendue compte que je commençais à côtoyer l’univers du train de plus en plus souvent en ce moment puisque dès que je tape v ou vo dans la barre d’adresse de mon navigateur, il me propose automatiquement http://www.voyages-****.com … C’est un détail qui ne trompe pas ! L’an prochain, j’essayerai de vous faire une comparaison entre le système français et le système anglais que j’aurai peut-être l’occasion d’expérimenter. (Erasmus et immersion totale dans le pays requise 😉 ) et promis, dans un futur article, je vous ferai un récit de mon voyage en train de nuit (Vintage!) il n’y a pas si longtemps que ça, une photo à l’appui !

Bon voyage.

A

PS : N’oubliez pas de composter votre billet avant le départ du train.

Courir pour rien

Samedi soir, retour du BAFA. On prend le train tout va bien. Lors d’un arrêt un peu plus long, on sort pour trouver quelque chose à manger de plus consistant que les princes. On court, on court, on entre dans les restos, on regarde, on sort, même chose pour les bars, les sushis, les pizzerias, le döner.

Au döner, un mec devant nous, on se dit qu’on aura jamais le temps. Mine dépité, on retourne au train. 2 minutes après, qui voyons nous pas arriver ? Le mec de devant nous du Döner avec… le döner terminé dans ses mains.

Finalement, on aurait peut-être eu le temps au lieu de courir partout.

La prochaine fois, on saura !

A

Carnet de bord – 2011/2012

Je suis contente !

Avec ma cousine, je suis allée acheter un livre à lignes pour l’an prochain. L’idée est que je fasse une photo par jour pendant tout mon année d’expat’ Erasmus en Angleterre. Je les collerai dedans avec la date et éventuellement un commentaire. C’est une bonne idée je trouve et j’espère que j’arriverai à la mettre en œuvre parce que ça me fera un super carnet de bord souvenir que je pourrai relire quand je serai rentrée.

We’ll see !

A

 

 

Train station

Train aujourd’hui. J’aime prendre l e train parce que c’est détendant. On se pose et on se dit que quoi qu’il arrive on ne pourra rien faire pour que ça aille plus vite. J’aime les langues aussi. En soit, aucun rapport avec le train… À part si l’on est assis derrière des gens qui parlent anglais et à coté de deux personnes qui parlent italien et français. (D’ailleurs, les jeunes anglophones sont en train de débattre sur l’apprentissage de l’espagnol 😉 )

Pendant tout ce temps, je lis un livre en français traduit du turc et je pense à la chinoise que j’ai rencontré à l’aller.

Surprendre quelques notes fredonnées en passant.

Regarder le paysage…

Profiter du soleil, du ciel bleu, des champs verts, des quelques toits orangés. Se dire que les mélanges de couleurs sont beaux.

Je n’aime pas les départs…
Mais j’aime les voyages, les paysages
et revoir des personnes qui sont importantes pour moi.

A

Ajout : Vous savez le comble ? Dans ma deuxième correspondance, il y a deux jeunes étudiants Érasmus qui discutent en anglais dans le wagon, puis en espagnol et de nouveau en anglais. Et puis juste avant de sortir, un arménien étudiant (en musique) en Allemagne qui me demande quand il doit descendre. 🙂

C’est pas beau la vie et les langues ? Vive les voyages en train !! (à part si on tombe sur ça…)