Trois cuillères d’huile

… ou Pourquoi le monde n’est pas perdu !

Ce matin dans le bus, mon iPod en aléatoire, je tombe sur la « Valse d’Amélie » à peu près au moment-même où j’essaye de m’imaginer tout le monde heureux avec un sourire et en paix [un peu utopique la fille ;-)] et juste à ce moment-là, j’entends quelques mots du chauffeur à une passagère : « …Trois cuillères d’huile et parfois aussi une cuillère de moutarde. Les enfants adorent ça. »

Je le raconte à ma future voisine juste après et on tombe d’accord sur un point : tant que les chauffeurs de bus parleront de cuisine, le monde n’est pas perdu ! 🙂

Comment ne pas sourire dans ces moments là ? Le bonheur c’est juste s’émerveiller !

A